Friday, February 23, 2018

Le nom de Jésus-Christ.. ( Père Ephraïm d'Arizona )

Le nom de Jésus-Christ, que nous invoquons dans la prière, contient en lui le pouvoir réparateur auto-existant et auto-suffisant. 
 
Ne vous inquiétez donc pas de l'imperfection et de la sécheresse de votre prière, mais attendez avec persévérance le fruit de l'invocation répétée du Nom divin.

Père Ephraïm d'Arizona

Tuesday, February 20, 2018

Dieu écoute et accomplit la prière de l'homme .. ( Saint Justin Popovitch )

Dieu écoute et accomplit la prière de l'homme quand celui-ci accomplit Ses commandements. 
« Écoute Dieu dans ses commandements – dit saint Jean Chrysostome – pour qu'Il t'entende dans tes prières. » 
 
L'homme qui observe les commandements de Dieu est toujours sage, patient et sincère dans ses prières. Le sacrement de la prière consiste à observer les commandements de Dieu.

Saint Justin Popovitch

Thursday, February 15, 2018

La prière de Jésus

Dans la prière de Jésus tout est cristallisé autour de Nom de Jésus qui va résonner sans cesse au fond de l'âme en une communion incessante avec Jésus présent en son Nom dans le cœur de l'homme.


La prière de Jésus est une phrase : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie Pitié de moi le pécheur ». Nous avons des moines qui ne font que cette prière-là toute la journée. Le cœur de l'homme récite sans cesse, même dans le sommeil, C'est Jésus que l'on intériorise en soi, c'est pourquoi il va émigrer dans notre cœur, La prière de Jésus est à la fois un appel au secours : « Seigneur Jésus-Christ aie pitié de moi », donc une occasion d'humilité et une invocation du nom de Jésus ce qui lui donne toute son ampleur. Elle résume en quelque sorte la foi chrétienne, puisque le cœur devient le réceptacle du Nom de Jésus et communique l'énergie divine. Dans la théologie orthodoxe, il y a une différence entre « essence » et « énergie ». Dieu, dans son essence, est inaccessible car l'homme ne peut pas dépasser sa condition. L'homme est un être créé, il n'est pas le créateur. L'essence humaine n'est pas l'essence divine. A ce niveau-là Dieu est inaccessible. Mais Dieu se manifeste dans le monde. La manifestation de Dieu dans le monde se définit dans l'orthodoxie comme l'énergie de Dieu et à ce niveau-là Dieu est participable. A ce niveau-là l'homme participe à la manifestation de Dieu dans le monde, d'où la rencontre dynamique basée sur le désir, de part et d'autre, de participation, de communion. Cela aboutit à la quiétude, à la paix intérieure. Cette invocation est devenue l'oraison-type de l'Orient orthodoxe : « Que le Nom de Jésus soit comme soudé à votre souffle et à votre vie entière... » La prière de Jésus, qui est en fait celle du publicain évangélique, c'est toute la Bible, tout son Message, réduits à leur essentielle simplicité. Confession de la Seigneurie de Jésus, de sa divine filiation à la Trinité... 
 
Le commencement et la fin sont ramassés ici dans une seule parole chargée de la « présence-sacrement » du Nom du Christ. C'est pourquoi cette prière doit résonner sans cesse au fond de l'âme. Quand on a acquis cette technique suprême, on n'a plus besoin d'efforts de pensée, le Nom de Jésus jaillit de Lui-même, c'est la prière ininterrompue et cette invocation suivra le rythme de la respiration, elle sera dans le souffle de l'homme même pendant le sommeil. "Je dors mais mon esprit veille" (Cantique 5,2). Il y a certes une technique nécessaire mais là n'est pas l'absolu. Là n'est pas le but en soi. Le but, c'est l'acquisition des dons de l'Esprit par une vie évangélique. La colonne, l'appui avec lequel se fait l'acquisition des dons de l'Esprit, c'est la prière. A partir de là, la prière sera assumée par chacun et chacune selon ses capacités et selon ses charismes. Ce mode de prière se trouve à la limite entre la prière vocale et la prière mentale, entre la prière méditative et la prière contemplative. Mais si le nom de Jésus devient le foyer d'une vie il ne faut pas aller s'imaginer que l'invocation du Nom soit un moyen court qui dispense des purifications ascétiques et des autres efforts. 
 
Le Nom de Jésus est Lui-même un instrument d'ascèse, un filtre au travers duquel ne doivent passer que les pensées, les paroles, les actes compatibles avec la vivante réalité que ce Nom symbolise. C'est à travers cela que toute vie de prière trouve sa justification et marque son but final.

Monday, February 12, 2018

PSAUME 102

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
et que tout ce qui est en moi bénisse son saint Nom.

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
et n’oublie aucun de ses bienfaits.
Lui qui pardonne toutes tes iniquités,
qui te guérit de toutes tes maladies;
lui qui rachète de la corruption ta vie,
qui te couronne de miséricorde et de compassion,
qui rassasie de biens ton désir,
et comme celle de l’aigle sera renouvelée ta jeunesse.

Le Seigneur répand les miséricordes,
il fait droit à tous les opprimés.
Il révéla ses voies à Moïse,
aux fils d’Israël ses volontés.

Le Seigneur est compatissant et miséricordieux,
lent à la colère et plein de miséricorde.
Elle ne sera pas éternelle sa colère,
elles ne seront pas pour toujours ses menaces.
Il n’a pas agi envers nous selon nos iniquités,
il ne nous a pas rendu selon nos péchés.
Comme est la hauteur des cieux sur la terre,
il a rendu puissante sa miséricorde envers ceux qui le craignent.
Comme est loin l’Orient de l’Occident,
il a éloigné de nous nos iniquités.
Comme un père a compassion de ses fils,
le Seigneur a eu compassion de ceux qui le craignent.
Car il sait de quoi nous sommes pétris,
il se souvient que poussière nous sommes.
L’homme, ses jours sont comme l’herbe,
comme la fleur des champs il fleurit;
sur lui qu’un souffle passe, il n’est plus,
jamais plus il ne connaîtra sa place.
Mais la miséricorde du Seigneur pour qui le craint s’étend de l’éternité à l’éternité,
et sa justice sur les fils de leur fils;
pour ceux qui gardent son testament,
qui se souviennent d’accomplir ses volontés.

Le Seigneur a préparé son trône dans les cieux,
et sa royauté domine sur toutes choses.

Bénissez le Seigneur, tous ses anges, fort et puissants, qui exécutez sa parole,
attentifs au son de ses paroles.

Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres,
en tout lieu de son empire;
bénis le Seigneur, ô mon âme.
Gloire au Père ....Et maintenant ....Alléluia

Friday, February 9, 2018

PARAKLISIS DE LA MÊRE DE DIEU

PRETRE :

Béni soit notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

LECTEUR : Amen. Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi.

Roi du ciel, Consolateur, Esprit de vérité, toi qui es partout présent et qui remplis tout,
Trésor des bons et Donateur de vie, viens et demeure en nous,
purifie-nous de toute souillure et sauve nos âmes, toi qui es bonté.

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Très Sainte Trinité, aie pitié de nous. Seigneur, remets-nous nos péchés. Maître, pardonne-nous nos iniquités. Saint, visite-nous et guéris nos infirmités, à cause de ton Nom.

Kyrie eleison. (3 fois) Gloire au Père... Maintenant…

Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton règne arrive,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain substantiel, remets-nous nos dettes comme nous remettons à nos débiteurs,
et ne nous soumets pas à l'épreuve, mais délivre-nous du malin.

PRETRE :

Car c'est à toi qu'appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles.

LECTEUR :

Amen. Kyrie eleison. (12 fois)/ Gloire au Père... Maintenant…

LECTEUR OU CΈUR :

Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ lui-même, notre Roi et notre Dieu.

LECTEUR :

PSAUME 142

Seigneur, écoute ma prière, prête l’oreille à ma supplique. Écoute-moi dans ta vérité, exauce-moi dans ta justice. N’entre pas en jugement avec ton serviteur, car nul vivant n’est juste devant toi. L’ennemi a pourchassé mon âme, contre terre il écrase ma vie.Il me fait habiter dans les ténèbres, comme les morts de tous les siècles. Mon esprit tombe en défaillance, au fond de moi mon cœur s’épouvante; je me souviens des jours d’autrefois, je répète toutes tes œuvres, je médite sur l’ouvrage de tes mains. Vers toi je tends les mains, mon âme a soif de toi comme une terre desséchée. Ne tarde pas, Seigneur, réponds-moi, le souffle va bientôt me manquer. Ne cache pas loin de moi ta Face, ou je serai semblable à ceux qui descendent dans la fosse. Fais-moi dès le matin entendre ta miséricorde, car j’ai mis en toi mon espérance. Fais-moi connaître la route à suivre, car vers toi je veux élever mon âme. Délivre-moi, Seigneur, de mes ennemis, auprès de toi je me suis réfugié ; enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu. Que ton esprit de bonté me conduise dans la terre de rectitude, pour l’honneur de ton Nom, Seigneur, fais-moi vivre en justice. Tire mon âme de la tribulation, dans ta miséricorde anéantis mes ennemis ! Détruis tous ceux qui tourmentent mon âme, car je suis ton serviteur !

Gloire au Père… Maintenant…Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu. (3 fois)

Puis le Prêtre chant les versets du matin (t. 4) en alternance avec le hœur :

Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu ; béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur.

1. Rendez grâce au Seigneur, car il est bon, car éternel est son amour.

2. Toutes les nations m’ont entouré, au Nom du Seigneur je les ai repoussées.

3. Non, je ne mourrai pas, je vivrai et publierai les hauts faits du Seigneur.

4. La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle ;
c’est là œuvre du Seigneur, une merveille à nos yeux.



CΈUR :

Tropaire, t. 4

Auprès de la Mère de Dieu, nous les pécheurs, accourons humblement et, pleins de repentir, nous prosternant devant elle, crions-lui du fond de notre cœur : Vierge de tendresse, viens à notre secours, hâte-toi, car nous sommes perdus, vois la multitude de nos péchés, ne laisse pas sans aide tes serviteurs : notre unique espérance repose en toi.

Gloire au Père... Maintenant...

Jamais nous ne cesserons, ô Mère de Dieu, malgré notre indignité, de louer ta majesté ; car, si tu ne dirigeais l’intercession, qui nous délivrerait de tant de périls ? Tu es celle qui nous garde en liberté, notre Dame, ne nous éloigne pas de toi, car tu sauves tes serviteurs de tout danger.



LECTEUR : PSAUME 50

Aie pitié de moi, ô Dieu, dans ta bonté, selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions. Lave-moi de toute iniquité et purifie-moi de ma faute, car je reconnais mes transgressions, et ma faute est constamment evant moi. J'ai péché contre toi seul,j'ai fait ce qui est mal à tes yeux. Aussi tu seras juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement. Oui, je suis né dans l'iniquité, et pécheur ma mère m’a conçu. Mais tu veux que la vérité soit au fond de mon cœur ; fais donc pénétrer la sagesse audedans de moi. Asperge-moi avec l'hysope, et je serai pur, lave-moi, et je serai plus blanc que la neige. Annonce-moi l'allégresse et la joie, et les os que tu as humiliés se réjouiront. Détourne ton regard de mes péchés, efface toutes mes iniquités. ο Dieu, crée en moi un cœur pur, renouvelle un esprit droit dans mes entrailles. Ne me rejette pas loin de ta face, ne me retire pas ton Esprit Saint. Rends-moi la joie de ton salut, soutiens-moi par l'Esprit puissant. J'enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, et les pécheurs reviendront à toi. ο Dieu, Dieu de mon salut, délivre-moi du sang versé, et ma langue célébrera ta miséricorde. Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange. Si tu avais voulu des sacrifices, je t'en aurais offert, mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes. Le sacrifice qui est agréable à Dieu, c'est un esprit brisé. ο Dieu, tu ne dédaignes pas le cœur contrit et humilié. Répands par ta grâce tes bienfaits sur Sion, rebâtis les murs de Jérusalem ! Alors tu agréeras des sacrifices de justice, l'oblation et les holocaustes, alors on offrira des taureaux sur ton autel.

Le Chœur chante le petit canon paraclitique. Les hirmi sont facultatifs.

Ode 1, t. 8


« Traversant la mer à pied sec et fuyant la servitude des Égyptiens,
« le peuple d’Israël s’écria : Chantons pour notre Dieu qui nous a délivrés.

Refrain : Très-sainte Mère de Dieu, intercède pour nous.

Sous le poids de tant d’épreuves et de tentations, vers toi je me tourne, cherchant le salut : ô Mère du Verbe et Vierge immaculée, délivre-moi de toute peine et de tout danger. (Refrain)

Troublé par l’assaut des passions, j’ai l’âme toute pleine de chagrin : ô Vierge très-pure, apaise-la par le calme de ton Fils et ton Dieu.

Gloire au Père...

Toi qui as enfanté le Dieu sauveur, ô Vierge, sauve-moi de tout danger ; vers toi cherchant refuge à présent, j’élève aussi mon âme et mon cœur.



Maintenant...

Malade de corps et d’esprit, j’implore la divine consolation, le réconfort qui émane de toi, ô Mère aimante du Dieu d’amour.


Ode 3

« Seigneur qui as tendu la coupole des cieux et qui as édifié l’Église en trois jours,
« rends-moi ferme dans ton amour, seul Ami des hommes, « haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

O Mère de Dieu, je te choisis comme refuge et protection de ma vie ; guide-moi vers ton havre de salut, comme vers la source de tout bien, soutien des fidèles et seule digne de nos chants. (Refrain)

Dissipe le tumulte de mon esprit, apaise la houle de mes soucis, toi qui es la seule immaculée et l’Épouse divine ayant conçu le Christ sauveur, ce vrai Prince de paix.

Gloire au Père...

Tu as mis au monde le Bienfaiteur, tu fis naître la Source de tout bien ; répands tes bienfaits en abondance sur nous, car tu peux tout désormais, Bienheureuse qui as conçu le Christ tout-puissant.

Maintenant...

Viens à mon aide, ô Vierge, moi qu’éprouvent les infirmités pénibles et les souffrances de la maladie ; je sais que tu es en effet, la Toute-pure, le trésor inépuisable des guérisons. Sauve de tout danger tes serviteurs, car c’est en toi qu’après Dieu, ô Mère, nous trouvons un abri, unique rempart, inébranlable protection.

Dans ta bienveillance, penche-toi sur les souffrances de mon corps, ô Mère de Dieu toute digne de nos chants, viens guérir la douleur de mon âme. (Refrain)

Puis le Prêtre fait mémoire de ceux pour qui est célébrée la Paraclisis. Υ chaque demande on répond par un triple Kyrie eleison.

PRETRE : Aie pitié de nous, ô Dieu, en ta grande miséricorde, nous t’en prions, écoute et prends pitié.

CΈUR : Kyrie eleison, Kyrie eleison, Kyrie eleison. (ainsi qu’après chaque demande)

PRETRE :

Nous te prions encore pour tous les chrétiens fidèles et orthodoxes.

Nous te prions encore pour notre évêque N., et pour tous nos frères dans le Christ.

Nous te prions encore pour qu’obtiennent merci, longue et paisible vie, santé de l’âme et du corps, pardon et rémission de leurs péchés les serviteurs (ou servantes) de Dieu qui célèbrent avec nous (ou pour qui nous célébrons) cet office d’intercession.

Prions encore pour ce saint monastère (ou cette sainte église, cette ville, ce village, cette maison) et pour le pays tout entier, afin qu’ils soient protégés contre la famine, les épidémies, les tremblements de terre, les inondations, les incendies, les invasions et la guerre civile ; et pour que notre Dieu, dans sa bonté et son amour des hommes, nous soit propice et bienveillant, qu’il écarte de nous toute adversité, nous délivre des justes châtiments qui nous menacent et qu’il nous prenne en pitié.

Prions encore afin que le Seigneur notre Dieu exauce la prière suppliante des pécheurs que nous sommes et qu’il nous prenne en pitié.

Exauce-nous, Dieu notre Sauveur, espoir de ceux qui demeurent aux extrémités de la terre et de ceux qui sont loin sur mer et dans les airs, sois indulgent, ô Maître, pour nos péchés et prends pitié de nous.

Car tu es un Dieu de miséricorde, plein d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

CΈUR : Amen.

Cathisme, t. 2

Fervente avocate, inexpugnable rempart, source de miséricorde et refuge de l’univers, vers toi nous crions sans répit : ô Mère de Dieu et Souveraine, empresse-toi, délivre-nous de toute adversité, car seule tu te hâtes d’accorder ton secours.

Ode 4

« Seigneur, j’ai perçu le mystère de ta venue, « sur tes œuvres j’ai médité et j’ai glorifié ta divinité. (Refrain)

Épouse divine ayant conçu le Seigneur qui gouverne sur les flots, apaise la tempête de mes passions et dissipe l’ouragan de mes péchés. (Refrain)

Υ moi qui t’invoque fidèlement accorde l’océan de ta bonté, car tu as fait naître le Dieu compatissant qui sauve tous les chantres de ton Nom.

Gloire au Père...

Nous qui jouissons de tes faveurs, Toute-sainte, nous chantons en ton honneur l’hymne d’action de grâce et d’amour, en te reconnaissant pour la Mère de Dieu.

Maintenant...

Nous qui avons en toi notre espoir, notre rempart, notre abri le plus sûr, ô Vierge toute digne de nos chants, par toi nous sommes sauvés de toute adversité.

Ode 5

« Éclaire-nous de tes préceptes, Seigneur, et par la force de ton bras tout- puissant, « Ami des hommes, donne la paix au monde. (Refrain)

Emplis d’allégresse mon cœur, Vierge pure qui donnes liesse à l’univers en enfantant la Source de toute joie. (Refrain)

Mère de Dieu, sauve-nous de tout péril, toi qui fis naître l’éternelle Rédemption et la Paix qui surpasse tout esprit.

Gloire au Père...

Dissipe la ténèbre de mes péchés, divine Épouse, par l’éclat de ta splendeur, toi qui enfantes l’éternelle et divine Clarté.

Maintenant...

Vierge pure, visite mon âme, en ta bonté, viens guérir l’infirmité de mes passions et par tes prières accorde-moi le salut.

Ode 6

« Je répands ma supplication devant Dieu, au Seigneur j’expose mon chagrin, « car mon âme s’est emplie de maux et ma vie est proche de l’Enfer,
« au point que je m’écrie comme Jonas : De la fosse, Seigneur, délivre-moi. (Refrain)

Comme de la mort et du tombeau le Christ, se livrant lui-même à la mort, a sauvé ma nature mortelle et corrompue, Vierge pure, intercède maintenant auprès de ton Fils, le Seigneur, pour qu’il m’arrache à l’emprise du mal. (Refrain)

En toi je reconnais la protectrice de ma vie, ô Vierge, le refuge le plus sûr ; tu dissipes la horde des tentations, tu repousses les assauts du démon ; aussi je t’implore sans répit : de mes passions mauvaises délivre-moi.

Gloire au Père...

En toi nous avons l’abri, le rempart, et le salut de nos âmes en tout temps, dans les épreuves un puissant réconfort, et sans cesse ta lumière nous comble de joie ; éloigne de nous les passions, Vierge souveraine, et sauve-nous de tout danger.

Maintenant...

Je repose sur un lit de douleur, en ma chair il n’est plus rien de sain, mais toi qui as fait naître dans la chair le Dieu et Sauveur de l’univers, le Guérisseur de toute langueur et maladie, de la fosse du mal relève-moi, je t’en prie.

Sauve de tout danger tes serviteurs, car c’est en toi qu’après Dieu, ô Mère, nous trouvons un abri, unique rempart, inébranlable protection.

Dans ta bienveillance, penche-toi sur les souffrances de mon corps, Mère de Dieu toute digne de nos chants, viens guérir la douleur de mon âme.

Le Prêtre dit la litanie de la Paraclisis, comme précédemment, ou bien simplement la petite litanie (en ce cas le Chœur répond Kyrie eleison à deux reprises, puis Υ toi, Seigneur, et Amen) :

Encore et sans cesse, en paix prions le Seigneur.

Protège-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

Invoquant notre Dame, la très-sainte, très-pure, toute-bénie et glorieuse la Mère de Dieu et toujours-vierge Marie ainsi que de tous les Saints, confions-nous nous-mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

Car tu es le Roi de paix et le Sauveur de nos âmes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

CΈUR :

Kondakion, t.6

Protectrice intrépide des chrétiens, médiatrice inébranlable auprès du Créateur, ne méprise pas les supplications des pécheurs, mais, dans ta bonté, préviens-nous par ton secours, nous qui te crions avec foi : intercède pour nous, empresse-toi de supplier, car toujours, ô Mère de Dieu, tu veilles sur tes fidèles.

Là où c’est l’usage, on chante la première antienne des anavithmi du t. 4 : « Dès ma jeunesse… » Si le Prêtre le désire, il peut dire ici l’Acathiste à la Mère de Dieu.

CHΈUR : (t. 4)

Dès ma jeunesse elles m’ont traqué les passions qui m’assaillent, mais toi, ô mon Sauveur, protège-moi et sauve-moi.

Que soient confondus par le Seigneur les ennemis de Sion, qu’ils soient comme l’herbe que roussit le feu qui la dessèche.

Gloire au Père… Maintenant…

C’est par grâce de l’Esprit Saint que toute âme vît et s’élève en toute pureté, pour resplendir de la triple Unité en un mystère sacré.

PRETRE : Sagesse, soyons attentifs ! (et l’on chante le prokimenon)

PRETRE ET CHΈUR :

Prokimenon, t. 4

Je célébrerai ton Nom d’âge en âge.

Verset : Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille.

PRETRE OU DIACRE : Prions le Seigneur.

CHΈUR : Kyrie eleison.

PRETRE : Car tu es saint, ô notre Dieu, et tu reposes parmi les saints, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

CHΈUR : Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur.
Verset : Louez Dieu dans son sanctuaire, louez-le au firmament de sa puissance.

PRETRE OU DIACRE : Et pour qu’il nous soit donné d’écouter dignement le saint Évangile, prions le Seigneur notre Dieu.

CHΈUR : Kyrie eleison (3 fois)

PRETRE OU DIACRE : Sagesse, debout, écoutons le saint Évangile.

PRETRE : Paix à tous.

CHΈUR : Et à ton esprit.

PRETRE : Lecture de l’Évangile selon saint Luc.

CHΈUR : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.

PRETRE : En ces jours-là, Marie se leva et se rendit en hâte vers la montagne, dans une ville de Juda. Elle entra chez Zacharie et salua Élisabeth. Or dès qu’Élisabeth eut entendu la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein et Élisabeth fut remplie du Saint Esprit. Alors elle s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre les femmes et le fruit de ton sein est béni. Comment m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne à moi? Car dès l’instant où ta salutation a frappé mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en mon sein. Bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur ! » Marie dit alors : « Mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur. Il s’est penché sur son humble servante, désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son Nom. » Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle retourna dans sa maison. (Luc 1, 39-49, 56)

CHΈUR : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.

Stichères, t. 6

CHΈUR : Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit.

Père, Verbe et Esprit Saint, en trois personnes un seul Dieu, efface la multitude de nos péchés.

Maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Par les prières de la Mère de Dieu, dans ta bonté, Seigneur, efface la multitude de nos péchés.

Aie pitié de moi, ô Dieu, en ta grande bonté, en ton immense miséricorde efface mon péché. (Refrain)

Ne me livre pas à l’humaine protection, très-sainte Dame, mais reçois la prière de ton humble serviteur, car le chagrin m’assaille et je ne puis supporter les flèches du Démon et je n’ai point d’abri où trouver refuge en mon malheur, je suis attaqué de toutes parts et n’ai d’autre consolation que toi. Reine du monde, espoir et protection des croyants, ne méprise pas ma prière, mais viens à mon secours. (Refrain)

Nul de ceux qui ont recours à toi ne s’en revient confondu, Vierge pure et Mère de Dieu, mais qui implore ta grâce reçoit selon sa prière le don qui lui convient. (Refrain)

Réconfort des infirmes, consolatrice des affligés, Vierge Mère de Dieu, sauve ton peuple chrétien, car tu es la paix des opprimés, le repos des naufragés et l’unique protection des croyants. (Refrain)

PRETRE OU DIACRE :

Sauve, Seigneur, ton peuple et bénis ton héritage. Dans ta pitié et ta compassion, visite ce monde qui est tien, relève le front des chrétiens orthodoxes et fais descendre sur nous le trésor de ta miséricorde ; par l’intercession de notre Dame, la très-pure Mère de Dieu et toujours-vierge Marie ; par la puissance de la précieuse et vivifiante Croix ; par la protection des célestes Puissances incorporelles ; par les prières du vénérable et glorieux Prophète, le Précurseur et Baptiste Jean ; des saints, glorieux et illustres Apôtres ; de nos Pères parmi les saints, les grands évêques et docteurs universels Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome, Athanase et Cyrille, patriarches d’Alexandrie, Nicolas, archevêque de Myre en Lycie, le thaumaturge ; des saints et victorieux Martyrs ; de nos Pères vénérables et théophores ; de tes saints et justes aïeux Joachim et Anne, et de tous les saints ; nous t’en supplions, Seigneur, en ta grande miséricorde, exauce la prière des pécheurs que nous sommes et prends pitié de nous.

CHΈUR : Kyrie eleison (12 fois).

PRETRE :

Par la miséricorde, la compassion et l’amour pour les hommes de ton Fils unique, avec lequel tu es béni, ainsi que ton très-Saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

CHΈUR : Amen.

Ode 7

« Les Jeunes Gens venus de Judée à Babylone foulèrent jadis « par leur foi dans la Trinité la flamme de la fournaise en chantant : « Dieu de nos Pères, béni sois-tu. (Refrain)

Sauveur, lorsque tu as décidé d’accomplir le salut en notre faveur, dans le sein de la Vierge tu habitas et tu en fis la protectrice des humains : Dieu de nos Pères, béni sois-tu. (Refrain)

Le Dieu compatissant que tu conçus, ô Mère, implore-le maintenant pour qu’il ôte la souillure du péché en l’âme de ceux qui chantent fidèlement : Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Gloire au Père...

De ta Mère tu fis le trésor du salut et la source de la vie immortelle, la tour de sûreté et la porte du repentir pour ceux qui te chantent avec foi : Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Maintenant...

Daigne guérir, Génitrice de Dieu, toute faiblesse et toute maladie dans le corps et l’âme des fidèles qui vont se placer sous ta divine protection, ô sainte Mère du Christ Sauveur.

Ode 8

« Le Roi des cieux que chantent les célestes armées, « exaltez-le dans tous les siècles. (Refrain)

De toi nous implorons le secours : ô Vierge, ne méprise pas tes chantres qui t’exaltent dans les siècles. (Refrain)

Tu verses l’abondance du salut, ô Vierge, sur qui te chante avec foi et qui exalte ton merveilleux enfantement.

Gloire au Père...

De mon âme tu guéris l’infirmité, ô Vierge, et de mon corps les douleurs, et je te glorifie, Pleine de grâce.

Maintenant...

Tu repousses l’assaut des tentations, ô Vierge, et l’élan des passions, et nous te célébrons dans tous les siècles.

Ode 9

« Υ juste titre nous te reconnaissons pour la Mère de Dieu : « par toi nous avons trouvé le salut ; ô Vierge immaculée, « avec les chœurs des Anges nous te magnifions. (Refrain)

ο Vierge, tu ne peux mépriser le flot de mes larmes et de mes pleurs, car tu as mis au monde le Christ qui essuie toute larme de nos yeux. (Refrain)

Comble d’allégresse mon cœur, ô Vierge, toi qui as effacé le deuil et l’amertume du péché en recevant la plénitude de la joie. (Refrain)

Pour ceux qui accourent vers toi, ô Vierge, sois le havre du salut, la protection, l’inébranlable rempart, l’abri, le refuge et la cause de joie.

Gloire au Père...

Chassant les ténèbres de l’erreur, envoie les rayons de la clarté, Vierge, sur ceux qui pieusement te reconnaissent pour la Mère de Dieu.

Maintenant...

Je succombe sous le poids du malheur, affligé de faiblesse et langueur : ô Vierge, guéris-moi tout entier, changeant en force mon infirmité.

On ajoute aussitôt :

Il est vraiment digne de te bénir, ô Mère de Dieu, toujours bienheureuse et tout-immaculée, et Mère de notre Dieu. Toi plus vénérable que les Chérubins et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins, qui sans tache enfantas Dieu le Verbe, toi véritablement la Mère de Dieu, nous t’exaltons.

Le prêtre encense l’autel, les icônes et le peuple, ou bien la demeure où est célébrée la Paraclisis. Pendant l’encensement, on chante ces autres mégalynaires :


CHΈUR :

Tu es plus haute que les cieux et plus pure que les rayons du soleil ; tu nous délivres de la malédiction : Reine du monde, par nos hymnes nous te magnifions. (Refrain)

Υ cause du grand nombre de mes péchés, je suis sans force d’âme et de corps ; Pleine de grâce, vers toi j’accours : viens à mon aide, toi l’espérance des sans-espoir. (Refrain)

Mère souveraine du Rédempteur, agrée la prière de tes indignes serviteurs ; sois notre médiatrice devant ton Fils ; Reine du monde, plaide en notre faveur. (Refrain)

Avec ardeur chantons, de tout notre art, louange à la Toute-digne de nos chants ; avec le Précurseur et tous les Saints, Mère de Dieu, prie le Seigneur de nous prendre en pitié. (Refrain)

Que se taisent les lèvres impies qui ne vénèrent pas ton image sacrée, l’icône de Celle-qui-montres-le-Chemin, œuvre de l’apôtre saint Luc. (Refrain)

Que tous les Anges dans le ciel, le Précurseur du Seigneur, les Apôtres et tous les Saints avec la Mère de Dieu intercèdent pour notre salut. (Refrain)

LECTEUR :

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

Très Sainte Trinité, aie pitié de nous. Seigneur, remets-nous nos péchés. Maître, pardonne-nous nos iniquités. Saint, visite-nous et guéris nos infirmités, à cause de ton Nom.

Kyrie eleison. (3 fois) Gloire au Père... Maintenant…

Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton règne arrive,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain substantiel, remets-nous nos dettes comme nous remettons à nos débiteurs, et ne nous soumets pas à l'épreuve, mais délivre-nous du malin.

PRETRE : Car c'est à toi qu'appartiennent le règne, la puissance et la gloire,
Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles.

CHΈUR : Amen.

Tropaires (t. 6)

Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous : toute excuse nous fait défaut ; comme de pauvres pécheurs nous t’adressons cette supplication : aie pitié de nous, Seigneur.

Gloire au Père...

Seigneur, aie pitié de nous qui avons confiance en toi ; ne t’irrite pas contre nous, ne te souviens pas de nos iniquités, mais dans ta bonté regarde vers nous maintenant délivre-nous de nos ennemis ; car tu es notre Dieu et ton peuple, c’est nous ; tous, nous sommes l’ouvrage de tes mains et c’est ton Nom que sans cesse nous appelons sur nous.

Maintenant...

Ouvre-nous la porte de ta compassion, Mère de Dieu et Vierge bénie ; ayant mis en toi notre espoir, puissions-nous ne pas nous égarer, mais que par toi nous soyons délivrés de tout mal, car tu es le salut du peuple chrétien.

Litanie de la Paraklisis, comme après la 3e Ode (voir ci-haut), puis le Congé :

PRETRE : Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous.

CHΈUR : Toi plus vénérable que les Chérubins, et incomparablement plus glorieuse que les Séraphins,qui sans tache enfantas Dieu le Verbe,
toi véritablement la Mère de Dieu, nous t'exaltons.

PRETRE : Gloire à toi, Christ Dieu, notre espérance, gloire à toi.

CHΈUR : Gloire au Père... Maintenant…Kyrie eleison (3 fois) Père, bénis.

PRETRE : Que le Christ notre vrai Dieu, par l’intercession de sa Mère toute pure et immaculée, des saints, glorieux et illustres Apôtres, des saints et victorieux Martyrs, de nos Pères vénérables et théophores, des saints et justes aïeux du Seigneur, Joachim et Anne, et de tous les Saints, ait pitié de nous et nous sauve, lui qui est bon et qui aime les hommes.

CHΈUR : Amen.

Wednesday, February 7, 2018

Le père spirituel est comme le poteau indicateur.. ( Saint Nicone d'Optino )

Le père spirituel est comme le poteau indicateur qui montre le chemin mais il faut encore s'y engager soi-même. 
Si le père spirituel indique le chemin mais que le disciple ne se met pas en route, il n'ira nulle part et pourrira auprès du pilier.

Saint Nicone d'Optino

Saturday, February 3, 2018

Le nom de Jésus-Christ.. ( Pere Ephraïm d'Arizona )

Le nom de Jésus-Christ, que nous invoquons dans la prière, contient en lui le pouvoir réparateur auto-existant et auto-suffisant. Ne vous inquiétez donc pas de l'imperfection et de la sécheresse de votre prière, mais attendez avec persévérance le fruit de l'invocation répétée du Nom divin.


Pere Ephraïm d'Arizona

Wednesday, January 31, 2018

Afflictions, maladies et tourments nous lassent continuellement..( Pere Ephraïm d'Arizona )

Peu importe combien nous pouvons souffrir, le temps viendra où tout finira et chacun d'entre nous aura le repos selon ses travaux. Êtes-vous affligé? Etes-vous souffrant? Pleurez-vous de la pression des événements douloureux? Es-tu fatigué? Prenez courage, car c'est par de telles choses que le royaume de Dieu est acquis. Mais si vous l'avez en toute simplicité et que vous ne vous souvenez pas de Dieu, alors pleurez, car vous ne marchez pas sur le chemin qui mène à Dieu. Afflictions, maladies et tourments nous lassent continuellement, de sorte que nous abhorrons ce monde et que nous désirons le monde là où Chérubins et Séraphins chantent Dieu, où se trouve le vrai et vrai repos, le jour sans le soir, la lumière bénie; tandis que les choses ici, en comparaison avec les choses éternelles, sont sombres et abominables. Que notre Dieu saint nous accorde la compréhension spirituelle, afin que nous préférions toujours les choses éternelles, le bien suprême, notre doux Dieu.

Pere Ephraïm d'Arizona

Sunday, January 28, 2018

L'homme qui craint Dieu domine toute autre peur.. ( Saint Ephrem le Syrien )

L'homme qui craint Dieu domine toute autre peur, il élimine et laisse loin derrière lui toutes les peurs de ce monde et aucun tremblement ne l'approche.

Saint Ephrem le Syrien

Saturday, January 20, 2018

Le péché ( Saint Basile le Grand )

Si tu vois le prochain dans le péché, ne regarde pas cela seulement, mais réfléchis à ce qu'il a fait, et fait encore, de bon et ainsi, ayant élargi ta vision et pas seulement exercé ton jugement, tu trouveras qu'il est meilleur que toi.

Saint Basile le Grand